Changement de nom : il faut justifier d’un intérêt légitime

Dans cette décision du Conseil d’Etat, il est mis fin au parcours d’une femme, qui demandait à pouvoir changer de nom car elle ne voulait plus porter le nom de son père, et souhaitait se voir attribuer celui de sa mère.

A l’appui de  sa démarche, elle avait fait valoir que son père l’avait abandonnée à l’âge de 4 ans ; que ce dernier n’avait plus eu aucun contact avec elle depuis ; qu’il n’avait subvenu ni à son éducation ni à son entretien, alors qu’il en avait l’obligation en vertu d’une décision de justice et qu’il n’avait pas non plus exercé le droit de visite et d’hébergement qui lui avait été reconnu.

Le Garde des Sceaux avait rejeté sa demande, Elle avait alors saisi le Tribunal Administratif, qui avait rejeté sa demande. Idem en appel.

Saisi de l’affaire, le Conseil d’État considère que ces circonstances exceptionnelles sont de nature à caractériser l’intérêt légitime requis pour changer de nom et, de ce fait, accepte la demande.

Conseil d’Etat, 2ème et 7ème chambres réunies, 16 mai 2018, décision n° 409656

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.