La mère dénigrait trop son ex… elle a perdu la garde de l’enfant.

L’edroits de visite et d'hébergementmprise affective de la mère sur l’enfant, l’empêchant de nouer des relations équilibrées avec son père, justifie le transfert de résidence chez ce dernier. La Cour d’appel de Versailles déclare « qu’il convient donc de confirmer le transfert de résidence décidé par le premier juge qui apparaît comme le seul moyen de libérer l’enfant de l’emprise maternelle afin qu’il puisse s’autoriser à aimer également son père et sa mère et se construire de façon équilibrée entre ces deux figures ». CA Versailles, 2e ch., sect. 1, 9 juin 2016, n° 15/04726 : JurisData n° 2016-013376

Dans certains cas, les relations entre les parents sont tellement dégradées, que cela conduit à des mesures d’assistance éducatives.

J’ai même vu quelques fois l’un des parents, penché sur la barre du Tribunal, réclamer le placement de son enfant pour que son ex ne l’ait pas chez lui… Dans ces cas là, oui, les enfants trinquent…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.